Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République

Monsieur le Président,

Suite à votre conférence de presse de ce jour, je ne suis qu’un simple citoyen qui s’interroge sur l’avenir de son pays, sur son avenir de Citoyen.

Comment pouvez-vous dire que vous allez sauver notre modèle social, alors que vous annoncez que vous allez exonérer le grand patronat de cotisations familiales ? Comment pouvez-vous en plus leur offrir des subventions sur un plateau, leur simplifier les démarches, comme vous l’aviez commencé avec l’ANI, leur simplifier aussi les licenciements? L’avenir de notre pays, de ses citoyens passe-t-il par le privilège du capital par rapport au travail et la solidarité? De mon humble avis, je ne pense pas. Ce qui coûte à notre pays et à son modèle social, ce n’est pas le soi-disant « coût du travail » mais bien le coût du capital. Avec ce virage néolibéral, vous trahissez le socialisme.

Vous parlez d’économie dans les dépenses publiques, en prenant comme modèle les pays germaniques et nordiques. Mais vous oubliez certainement que le service public à l’Allemande ou à la Scandinave n’a rien à voir avec notre service public républicain. La force de notre Service Public est garante de notre République et de ses valeurs, et un service public fort est un service public de proximité donc qui demande des moyens ce qui ne va pas avec la métropolisation dont vous parlez.

Parlons de cette métropolisation, qui s’accompagne d’ailleurs d’un hyper-régionalisme destructeur. Ce cocktail détonnant va tuer certaines régions qui devront fusionner avec d’autres. Il supprimera les départements au profit de grandes métropoles qui vont accentuer la désertification des campagnes alentours, et surtout qui vont tuer la démocratie locale, car les communes perdent leur rôle au profit de conseils d’agglomérations ou de métropoles qui ne sont pas élus et dont les présidents tels des barons imposent leurs décisions au détriment de maires et conseils municipaux vidés de leur pouvoir décisionnel. Une république vidée de sa démocratie locale n’est plus une république, mais une nation qui se perd dans les affres d’une Europe libérale et non sociale.

Lorsque vous annoncez que pour montrer l’exemple, vous allez organiser des conseils des ministres Franco-allemands et qu’il faut une gouvernance commune sur beaucoup de projet, c’est l’annonce d’une Gouvernance européenne qui aura la suprématie sur les gouvernements nationaux. Comment pouvez-vous parler de transition énergétique donc d’écologie, alors que le système dans lequel vous êtes en train de nous enfermer n’a guère d’intérêt pour notre environnement ? Comment pouvez-vous dire que l’avenir de notre république passe par cette Europe-là? Une Europe qui prône le libéralisme avant tout, l’ouverture à la libre-concurrence y compris pour des services publics nationaux qui doivent être garantis par l’Etat, comme le ferroviaire au travers de la réforme que vous préparez pour assouvir des intérêts privés qui sont maintenant protégés par des directives européennes. La république ne peut pas être garantie par cette Europe là, une Europe libérale et non sociale. Ca n’est pas notre république, mais l’Europe qui est à revoir. Il faut construire une Europe, mais celle de la solidarité et de coopération et non celle de la compétition et de l’austérité, celle où l’éco socialisme et le « buen vivir » sont la base et non le capital et la finance.

Je pense qu’il est grand temps d’agir dans ce sens là et non dans un néo-libéralisme destructeur de notre environnement et de l’humain. Il est grand temps que la France devienne un exemple, reprenne son rôle de nation des Lumières et assume son héritage révolutionnaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s